Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
nadir2280.over-blog.com

Réformer l'islam devient une nécessité et une responsabilité vis-à-vis des générations futures!

Les 3 justifications majeures du Hadj-pèlerinage.

Les 3 justifications majeures du Hadj-pèlerinage.

 

En guise d’Introduction.

Quel est l’objectif principal des pèlerins de la Mecque?

Peut-on réellement effacer l’ensemble des péchés d’une vie rien qu’en accomplissant un pèlerinage dans les normes ?

Le Coran cite explicitement ou implicitement 3 grandes justifications pour le Hadj-pèlerinage !

Quel rapport y a-t-il entre ces trois grandes raisons et l’immense espoir de voir effacer nos péchés ?

 

   Les 3 justifications majeures du Hadj

1°)   La première justification du Hadj: obligation coranique : verset 2:196.

Le grand pèlerinage, tout comme l’umra, constitue une obligation coranique pour tout croyant qui aurait les moyens matériel, physique et psychologique. Il y a 38 commandements coraniques à respecter concernant l’accomplissement du Hadj et l’Umra. D’autres rites peuvent constituer de simples traditions qui ont été conservées jusqu’à nos jours !

 

2°)   La deuxième justification du Hadj: la meilleure provision: la droiture : verset 2:197.

La droiture doit être une règle bien établie avant d’entamer le départ vers le Hadj.

2:197 Le Hadj sera observé dans les mois spécifiés. Quiconque se met en route pour observer le Hadj s’abstiendra de relations sexuelles, de mauvais comportements et de disputes tout au long du Hadj. Quel que soit le bien que vous faites, Dieu en est pleinement conscient. Quand vous préparez vos provisions pour le voyage, la meilleure provision est la droiture. Vous M’observerez, Ô vous qui possédez l’intelligence.

 

3°)   La troisième justification du Hadj: couronnement de la plus haute étape du cheminement du croyant, dite ‘El Birr’, qualité de ‘El Abrar’.

Le cheminement du croyant au Coran seul comporte 6 étapes cumulatives après un éventuel ‘Repentir’.

Le Hadj n’est que le couronnement de la plus haute étape qui représente l’excellence des croyants dits ‘El Abrar’.

C’est comme si on bouclait une boucle ou on fermait un cycle. C’est aussi comme si on décrochait un diplôme dans une spécialité donnée et qu’on aimerait marquer cela par un voyage initiatique par exemple. Après le Hadj, c’est comme si le pèlerin disait à son entourage: «On doit faire attention à éviter toutes les erreurs du passé 

Voilà qu’il devient plus facile de comprendre l’expression de "Hajj-Mabrur" qui ne s’applique à rien d’autre que le Hajj.

Volume 2, Book 26, Number 594:  Narrated Abu Huraira: The Prophet was asked, "Which is the best deed?" He said, "To believe in Allah and His Apostle." He was then asked, "Which is the next (in goodness)?" He said, "To participate in Jihad in Allah's Cause." He was then asked, "Which is the next?" He said, "To perform Hajj-Mabrur. "

 

   Les 7 justifications secondaires du Hadj

1°)    Titre ou Rang social.

Le mot « hajj » ou « hâjja » (arabe : ājj, avec un /a/ long : حَاجّ, «pèlerin») désigne toute personne qui a fait ce pèlerinage. Il est alors accolé au nom de la personne, comme marque honorifique, quand on s'adresse à elle.

Le pèlerin bénéficie à son retour d'un grand prestige au sein de la communauté des croyants. [Wikipédia]

2°)    Partir sur les traces du prophète Mohamed: Visiter des lieux qui ont été stratégique pour l’Islam.

 

3°)    Le culte des reliques :

Voir ou toucher certaines reliques comme la Pierre noire, l’empreinte d’Abraham…

 

4°)    L’inspiration dans un espace-temps particulier : Certains chercheurs de vérités se sont fortement inspirés de leur séjour à la Mecque. Citons le célèbre Ibn Arabi comme exemple.

 

5°)    Les épreuves du corps et de l’esprit :

Le voyage du pèlerinage comporte un certain nombre d’épreuves physiques, psychologiques, morales...

Le pèlerinage constitue une série d'efforts et de sacrifices, réunis, qui sont perçus comme une manière de « calmer son âme », c'est-à-dire de la maîtriser. En effet, il constitue une dépense financière importante pour nombre de pèlerins, un effort contre ses passions par la faim, la soif, le fait de veiller longtemps, de subir des épreuves, l'éloignement de son lieu de résidence, la séparation d'avec sa famille et ses amis. [Wikipédia]

 

6°)    Rencontres,  échanges entre les pèlerins, achats et autres objectifs matériels.

Le grand pèlerinage est l'objet d'un très grand prestige et demeure un facteur très important d'unité et d'échanges entre les musulmans du monde entier qui témoignent d'une profonde ferveur à cette occasion.

Le Hajj reçoit annuellement plusieurs millions de pèlerins, ce qui en fait un des lieux de pèlerinage les plus visités du monde musulman, après la procession de Arba'ïn en Irak. [Wikipédia]

 

7°)    La transformation ou mutation ésotérique.

Pour les mystiques, le trajet vers le lieu saint constitue symboliquement le voyage vers l'unité divine, la voie soufie elle-même. [Wikipédia]

 

   Dernier commandement coranique primaire à exécuter: le Hadj :

Il semble que le premier commandement coranique primaire (et non un sous commandement secondaire comme les ablutions pour la Salat par exemple) qui est la croyance en Dieu représente une fonction innée chez l’homme et s’acquiert probablement avant la naissance, d’une façon instinctive.

Contrairement à cela, le pèlerinage est un commandement coranique primaire qui vient en dernier lieu pour couronner  le cheminement de nos pratiques religieuses! 

Nous sommes nés avec une connaissance instinctive de Dieu: verset 7:172.

7:172 Rappelle-toi que ton Seigneur a convoqué tous les descendants d’Adam et leur a fait témoigner pour eux-mêmes : «Ne suis-Je pas votre Seigneur ? » Ils ont tous dit : « Oui. Nous témoignons. » Ainsi, vous ne pourrez pas dire au Jour de la Résurrection : «Nous n’étions pas conscients de cela.».

Le commandement des 2 pèlerinages (Hadj et Oumrah): verset 2:196.

 

Les derniers commandements concernant la pratique du Hajj figurent en la soura N°5 révélée en 112e position !

5:2Ô vous qui croyez, ne violez pas les rites institués par Dieu, ni les Mois Sacrés, ni les animaux qui doivent être offerts, ni les guirlandes qui les marquent, ni les gens qui se dirigent vers le Tabernacle Sacré (Ka’aba) cherchant des bénédictions de leur Seigneur et l’approbation. Une fois que vous achevez le pèlerinage, vous pouvez chasser. Ne soyez pas poussés à l’agression par votre haine envers des gens qui, autrefois, vous empêchaient d’aller à la Mosquée Sacrée. Vous coopérerez en matière de droiture et de piété; ne coopérez pas en matière de péché et de mal. Vous observerez Dieu. Dieu est strict dans l’application du châtiment.

 

   Le Hadj: Réorientation dans une optique abrahamique

Le Coran ne livre que peu d'indications rituelles ce qui laisse supposer que les gestes anté-islamiques ont été largement repris (sacralisation, circumambulation, course entre les deux bornes Safâ et Marwah…) mais, cette fois, dans une optique abrahamique.

Le pèlerinage joue également un rôle d’auto-légitimation dans l'ancrage de la tradition abrahamique. La circumambulation est présentée comme un retour au véritable culte monothéiste instauré par Abraham. La Ka‘aba, située au cœur de la mosquée al-Harâm, est le centre du pèlerinage et du culte, et symbolise aussi cet ancrage puisqu’elle aurait été bâtie par Abraham et son fils Ismaël. De plus, le fait que les prières soient orientées vers ce cube vide illustre le fait que nul autre que Dieu et, surtout, nul objet matériel n’est digne d’adoration ni ne peut faire l’objet d’un culte. [Wikipédia]

 

   Un peu d’histoire au sujet du Hadj 

Du Moyen Âge à l'époque moderne

Au Moyen Âge, les pèlerins se réunissent dans les capitales de la Syrie, l'Égypte et l'Irak pour aller à pied, à âne ou en caravanes de chameaux vers la Mecque, leur itinéraire croisant parfois celui des pèlerins chrétiens et souvent celui des marchands. Les pays musulmans traversés organisent des routes de pèlerinage afin d'assurer sur de nombreuses stations hébergement, ravitaillement et sécurité face aux bandes de brigands qui sévissent jusqu'à l'époque moderne. [Wikipédia]

À l'époque contemporaine

Jusqu'au début du xixe siècle, le Hajj régi par l'empire ottoman n'intéresse guère que les musulmans eux-mêmes. Mais avec le colonialisme et l'extension de l'emprise coloniale sur les pays musulmans, le pèlerinage à La Mecque fait irruption dans le registre des préoccupations internationales. Craignant que le pèlerinage soit la matrice d’une opinion publique musulmane et que La Mecque devienne un foyer d'agitation panislamiste puis nationaliste arabe, les autorités coloniales à l'époque contemporaine mettent en place un important dispositif de contrôle administratif et sanitaire afin de réduire les risques de contamination sanitaire (en raison des épidémies de peste et surtout de choléra qui sévissent dans le Hedjaz) et idéologique. [Wikipédia]

Le Hadj avant l’Islam

Il y a eu deux pèlerinages distincts et à des dates différentes, unifiés dans l'Islam:

1°)    l''umra propre aux Mecquois, rituel de demande de pluie autour du bétyle de la Kaaba dans l'enceinte de la ville, avec sacrifice à al-Marwa;

2°)    le adjdj propre aux bédouins, parcours à Minâ dans la plaine de ʾArafât, avec sacrifice.

Déjà à l'époque, ce pèlerinage comprenait des rites similaires au hajj, essentiellement autour de la Kaaba qui contient la Pierre noire – un type de bétyle météorique dont le culte était répandu au Proche-Orient depuis l'Antiquité. À La Mecque, les pèlerins prémusulmans revêtaient le vêtement rituel et se rasaient le crâne pour se mettre en état de sacralisation. Ils processionnaient déjà alors autour de la Kaaba. D'autres rites semblent s'être également déroulés à l'époque préislamique sur le plateau du mont Arafat, dont on ignore les détails cérémoniels et la fonction précise: les Arabes païens y honoraient vraisemblablement de multiples divinités dans le but d'obtenir des faveurs ou des réponses de type divinatoire, sacrifiant parfois des animaux. [Wikipédia]

   Quelques hadiths issus de Sahih Boukhari:

1°)    L’accomplissement du Hajj peut laver le pèlerin de tous ses péchés antérieurs.

Volume 2, Book 26, Number 596: Narrated Abu Huraira:

The Prophet (p.b.u.h) said, "Whoever performs Hajj for Allah's pleasure and does not have sexual relations with his wife, and does not do evil or sins then he will return (after Hajj free from all sins) as if he were born anew."

 

2°)    Le pèlerinage viendrait après le Djihad qui n’est que ‘El Aqaba’ ou voie ascendante de la soura N°90.

La notion de ‘’Piliers de l’islam’’ est-elle respectée dans ce cas ?

Volume 1, Book 2, Number 25:  Narrated Abu Huraira:

Allah's Apostle was asked, "What is the best deed?" He replied, "To believe in Allah and His Apostle (Muhammad). The questioner then asked, "What is the next (in goodness)? He replied, "To participate in Jihad in Allah's Cause." The questioner again asked, "What is the next (in goodness)?" He replied, "To perform Hajj (Pilgrim age to Mecca) 'Mubrur, (which is accepted by Allah and is performed with the intention of seeking Allah's pleasure only and not to show off and without committing a sin and in accordance with the traditions of the Prophet)."

 

3°)    Avant l’islam, le Tawaff (circuit autour de la Kaaba) se faisait dans la nudité…

Volume 1, Book 8, Number 365:  Narrated Abu Huraira:

On the Day of Nahr (10th of Dhul-Hijja, in the year prior to the last Hajj of the Prophet when Abu Bakr was the leader of the pilgrims in that Hajj) Abu Bakr sent me along with other announcers to Mina to make a public announcement: "No pagan is allowed to perform Hajj after this year and no naked person is allowed to perform the Tawaf around the Ka'ba. Then Allah's Apostle sent 'All to read out the Surat Bara'a (At-Tauba) to the people; so he made the announcement along with us on the day of Nahr in Mina: "No pagan is allowed to perform Hajj after this year and no naked person is allowed to perform the Tawaf around the Ka'ba."

 

   Bénéfices attribués au Hadj.

Pour la tradition musulmane, le pèlerinage permet l'expiation et la rémission des grands péchés et petits péchés conformément à la parole de Mahomet rapportée par Boukhari : 

«Quiconque fera le pèlerinage sans avoir de rapport sexuel et sans commettre de grand péché est dégagé de ses péchés et redevient comme le jour où sa mère l'a mis au monde »

Cela reste valable à condition que l’intention soit sincère envers Dieu, que l'argent utilisé pour effectuer le pèlerinage soit licite et qu'on se préserve du « grand pêché » (fisq = perversion, la désobéissance à Allah). Par ailleurs, le pèlerin bénéficie à son retour d'un grand prestige au sein de la communauté des croyants. [Wikipédia]

En guise de conclusion:

A quel point le Hadith suivant rapporté par Boukhari est-il fiable et sans contradiction ?

Volume 2, Book 26, Number 596: Narrated Abu Huraira:

The Prophet (p.b.u.h) said, "Whoever performs Hajj for Allah's pleasure and does not have sexual relations with his wife, and does not do evil or sins then he will return (after Hajj free from all sins) as if he were born anew."

 

1°) Est-ce une réalité toute naïve ?

2°) Un simple voyage peut-il effacer les péchés de toute une vie ?

3°) Et les habitants de la grande banlieue de la Mecque sont-ils des privilégiés ?

 

En accord avec la compréhension globale du Coran, avant de se focaliser sur le Grand Pardon, on peut dire que:

1°) Le pardon de Dieu ne dépend que de Lui Seul et de rien d’autre !

2°) Il vaudrait mieux se décider d’accomplir les deux pèlerinages, après que la DROITURE soit acquise et stabilisée en nous !

3°) Il vaudrait mieux considérer l’accomplissement du Hadj comme le couronnement d’un cheminement de toute une vie de réflexion et non un MOYEN rapide de faire effacer une ardoise humaine déjà noircie de péchés !

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article