Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
nadir2280.over-blog.com

Réformer l'islam devient une nécessité et une responsabilité vis-à-vis des générations futures!

Un quatrième voyage d’initiation aux codes des 19n du Coran:

Un quatrième voyage d’initiation aux codes des 19n du Coran:

Le comptage des occurrences des mots (version 2019).

 

En guise d’Introduction:

Pour compter les nombres, il n y a qu’une façon de le faire !

Pour compter les versets, il n’existe que deux possibilités qu’on peut exploiter (avec ou sans Bismallah) !

Par contre pour le comptage des occurrences des mots, il semble qu’il y ait un certain embarras du choix !

L’expérience et le bon sens nous permettent de sélectionner les bonnes pistes à suivre et de pointer du doigt celles qu’il faudrait laisser de côté momentanément.

 

1°) Les mots qui semblent avoir un seul sens. Exemple du mot RAB.

Même si le mot RAB =Dieu semble avoir un seul sens, on peut légitimement distinguer les occurrences qui désignent Dieu, le tout Pissant et les occurrences qui désignent une fausse divinité comme le veau d’or, par exemple !

Autrement dit, le comptage doit suivre préférentiellement le sens des mots et non l’écriture des mots !

 

2°) Les mots qui possèdent plus d’un sens. Exemple Djenna=Paradis et En Nar=Feu de l’Enfer.

Pour les mots qui ont plus d’une signification, il devient utile de distinguer chacune de ces significations et de ne pas les inclure dans un seul comptage !

Pour le comptage du mot NAR =Feu de l’Enfer, il faudrait soigneusement isoler toutes les occurrences où il est question d’un feu terrestre ordinaire par exemple!

Pour le comptage du mot DJENNA =Paradis, il faudrait soigneusement isoler toutes les occurrences où il est question d’un simple jardin, qu’il soit terrestre ou Afterlife !

 

3°) Les situations terrestres et situations AFTERLIFE. Exemple du Nombre 7.

Certaines situations sont décrites par le même terme aussi bien sur Terre que dans l’Au-delà ! Il sera permis d’utiliser ce critère de l’espace-temps pour pouvoir exploiter au mieux les comptages…

Pour le comptage des occurrences du nombre SEPT, par exemple,  il est possible de distinguer les 19 occurrences terrestres de l’unique occurrence désignant les 7 portes de l’Enfer.

 

4°) Les Noms définis ou indéfinis.

C’est le cas le plus courant et le plus simple. Il a été à l’origine de tous les autres comptages des mots du Coran !

 

5°) Les racines des mots (Nom, adjectif, verbe, adverbe…).

Il arrive aussi d’inclure tous les mots avec la même racine pourvu que cette racine tourne autour d’une même signification.

 

6°) Les nombres. Exemple des 19 Nombres premiers parmi les nombres de versets des souras.

Le comptage des nombres du Coran est une opération de grande rigueur qui permet avant tout de valider le principe du comptage des éléments du Coran !

7°) Un seul objectif et pas d’apriori.

Il faut éviter de tenir compte d’une quelconque hypothèse en dehors des vérités clairement énoncées dans le Coran ! Penser à remplacer les 19n par les 13n, c’est ignorer les commandements du verset 74:31.

 

En guise de conclusion:

Il faut toujours avoir à l’idée que l’objectif principal des comptages est le RECTIFICATION dans les interprétations divergentes des notions du Coran !

Le comptage des mots doit toujours suivre le sens des mots et non l’écriture ou le graphisme des mots !

Le verset 74:31 doit rester la base de tout comptage des éléments du Coran !

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article